mercredi 10 décembre 2008

Quand on doit vider ses tripes...

Ce weekend a été un des plus difficiles de ma courte vie. J'ai pleuré, stressé, tombé dans la lune, réfléchi, réflexionné longuement, discuté, tremblé, souri sous les larmes, accolé plusieurs personnes que je ne vois malheureusement que dans des circonstances tristes. J'ai veillé mon grand-père dans son cercueil et soutenu l'épaule frêle de ma grand-mère qui, de ses grands yeux humides, me demandait si elle avait le droit de lui donner un dernier bisou sur la joue... J'ai vu sa souffrance et l'ai ressentie avec elle. Je sentais tous les cris qu'elle aurait voulu jeter dans les moments de lucidité complète. J'ai eu mal pour elle et j'ai tenté de mon mieux d'être à ses côtés lorsqu'elle me répétait pour la douzième fois la même histoire, celle de la rencontre de mes parents.

Dimanche soir, 24h après mon retour à la maison, j'ai eu une secousse de douleur ventrale. J'ai songé immédiatement à la gastro qui court... Mais ce n'était pas la gastro. Alors que je courais jusqu'à 3h du matin dans la salle de bain pour vider mes tripes, c'était justement une belle figure de style que je vivais. Toutes les émotions des derniers mois et jours; l'anxiété, la peur, la colère, la tristesse, la joie, le déménagement et tout ce qu'il entraîne, la douleur, la solitude, la rancune... Tout est sorti. Lundi, j'ai dormi presque 18h sur 24 tellement j'étais épuisée. Maintenant, tout va mieux. Je me sens moins lourde, j'ai enfin cessé de soupirer pour tout et rien, je vois mes vacances qui arrivent dans quelques jours et je veux profiter de ce congé d'un mois avant mon vrai de vrai retour au travail.

En attendant, voici 4 raisons qui me font aussi sentir mieux... La première, Alex, qui a été là pour moi tout le weekend particulièrement, mais qui me soutient toujours dans tout ce que j'accomplis, folie ou raison. La seconde, la vision que j'ai eue aujourd'hui, en regardant par ma fenêtre arrière;

Les 2 autres, ce soir, qui m'ont collée pendant une bonne demi-heure...

Merci malgré tout, la vie.

5 commentaires:

  1. Ouf! Quand c'est trop, c'est trop, ca fait du bien de pleurer de temps en temps

    RépondreSupprimer
  2. Très beau message Caroline....Je t'embrasse fort. xxx

    RépondreSupprimer
  3. Pas grand chose à ajouter sinon que je t'aime très fort et que tes calins m'ont fait beaucoup de bien en fin de semaine!
    Ta marraine

    RépondreSupprimer
  4. Très touchant!
    Merci.
    Tiger

    RépondreSupprimer
  5. Y'a des moments comme ça où notre corps et notre âme a besoin d'un "time-out".

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...