mercredi 21 mars 2012

La valeur des choses

Une des nombreuses leçons de la vie qu'avoir des enfants m'apprend à chaque jour est le fait qu'un môme, ça n'a aucune idée de la valeur des choses. C'est normal, me direz-vous! Oui, mais déconcertant aussi! Disons que je dois souvent retomber en enfance pour comprendre.

Quand j'étais plus jeune, je voulais une chaîne stéréo. Tsé la noire avec double cassette et CD (!) avec les hauts-parleurs collés pour pouvoir la transporter! Wow c'était mon désir le plus cher. Hé bien je me souviens que mon père m'avait dit: "Si tu la veux, tu devras te ramasser des sous, ma grébiche (surnom affectueux que je partage avec vous ce matin... ;))!" J'avais donc mis de côté les sous que je faisais quand je gardais (à 2,50$ de l'heure, je tiens à la préciser!) pour atteindre le fameux 100$ qu'il me fallait. Quelle fierté quand je suis allée la chercher avec mon père. Je me souviens encore du feeling et ça doit faire plus de vingt ans donc... je me souviens avoir saisi le sens de la valeur des choses et la persévérance.

L'exemple le plus courant ces temps-ci chez nous: les vêtements. Il fait soudainement très beau et chaud, ce qui fait que j'ai dû sortir la garde-robe printanière plus tôt qu'à l'habitude. Dans cette dernière, il y a des chandails, des t-shirts qui faisaient encore à la fin de l'été passé et que je dois essayer aux enfants pour vérifier s'ils font encore (hé oui, je suis naïve...). Comme les 3/4 ne font plus, je fais une pile et je vais le donner à Julie pour sa fille.

Mathilde de me dire candidement: "Bon, on va aller en acheter d'autres?". Euh...... "Tu en as encore quelques-uns de bons et de bonne grandeur, on va donc se contenter de cela pour l'instant. Quand je vais passer au magasin et que je vais voir des spéciaux, j'en achèterai peut-être 1 ou 2 de plus pour être sûre, mais je crois que ça va être parfait pour la saison." "Et si jamais j'en brise un, bien c'est pas grave, on va aller en acheter un autre!" *grand sourire pour elle, soupir pour moi*

Je me suis assise avec elle pour lui expliquer qu'on devait faire attention à nos choses car elles coûtent cher. "Je l'sais, je l'sais...", ce n'est pas la première occasion que j'ai de lui parler de cela. Jouets, souliers, vêtements, j'ai dû mettre l'accent sur le fait que l'on ne peut pas tout avoir quand on le veut, qu'on doit être attentionné avec nos choses, qu'on les conserve longtemps pour économiser et parce que ce n'est tout simplement pas nécessaire des les changer à tout bout de champ (lire ici surconsommation complètement inutile).

Mais je crois qu'il y a quelque temps, j'ai mis le doigt avec ma grande sur LA chose qui lui a fait comprendre la valeur des choses. Quand Alex et moi sommes partis en voyage au Mexique en janvier, elle m'a demandé pourquoi on n'allait pas voir Valou elle et moi à la place. Car depuis environ 1 an, je mets un peu de sous de côté pour aller voir ma soeur en France avec sa filleule. Quand? Je n'en ai aucune idée, avec les aléas de la vie. Mais le fait est que je mets de l'argent de côté pour cela et j'ai mis Mathilde au courant pour qu'elle participe au processus. Je lui ai donc expliqué que Papou et moi, nous avions besoin de vacances en amoureux et que ça n'enlevait rien à notre voyage chez Valou, que ce n'était pas les mêmes sous. J'ai vu de gros points d'interrogation dans ses yeux mais à tout juste 6 ans, je n'allais pas commencer à lui expliquer les rouages de l'épargne et des divers comptes que je possède!

De fil en aiguille, Mathilde a beaucoup réfléchi et maturé sur la chose. Parfois, elle venait me voir pour me questionner... Nous avons eu de belles discussions. Puis hier, en revenant de l'autobus, au gros soleil, elle me dit en voyant un dépliant avec une baleine:

- J'aimerais vraiment ça retourner en Gaspésie, Mamou. On avait fait un beau voyage, hein!
- Oui, on regardera ça avec Sara voir si elle va y retourner.
- Mais ça coûte des sous faire un voyage comme ça, hein?
- Oui, c'est sûr.
- Mais... *réflexion* J'aimerais mieux aller voir Valou qu'aller en Gaspésie alors on pourrait mettre ces sous-là de côté pour aller voir Valou?

Belle fille. Je crois qu'elle comprend qu'on ne roule pas sur l'or et qu'on doit faire des choix tout en étant heureux quand même! J'ai peut-être réussi une partie de mon enseignement... ;)

3 commentaires:

  1. Avec ses remarques commmet ne pas trouver charmant et mignon l'innocence d'un enfant et nos enfants quand ils grandissent on les aiment de plus en plus.

    RépondreSupprimer
  2. La solution de ma fille : demander au Père-Noel... comme ça, on n'aura pas besoin de payer! Oops...

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...