mercredi 4 avril 2012

Ces gens que l'on menace

Je suis grande.

Je mesure 6 pieds et je ne suis pas faite sur un frame de chat.

J'ai des manières plutôt masculines; je m'habille les 3/4 du temps en vêtements sportifs (par profession mais aussi par choix et confort), je me coiffe une fois sur 2, je me maquille très rarement (quoique plus souvent maintenant mais je dois vraiment faire un effort!), je marche d'un pas décidé.

J'ai toujours voulu être "juste" comme les autres. De la même grandeur et du même gabarit que les autres. Mais ma génétique en a voulu autrement... J'ai après des années de rejet, pris Ma place dans Ma vie et je me suis acceptée [presque] comme je suis.

J'ai, après plusieurs années d'absence totale de confiance en moi, découvert mes capacités, et je les exploite. Je suis une entrepreneuse, une persévérante, une déterminée. Je sais où je m'en vais.

J'ai, après de longues années à courber l'échine pour être à la même hauteur que les autres, décidé que je me tenais droite et je dépasse tout le monde d'une tête (quoique maintenant, mes étudiants tournent plus autour du 5 pieds et 10-11 et j'en ai même qui me dépassent!). On m'a souvent dit: "Tu intimides!", ce que je ne comprenais pas, puisqu'il n' y a pas plus introvertie et gênée que moi, malgré la profession que j'ai choisie (peut-être pour vaincre cela, d'ailleurs??).

On ne me manque pas.

Quand je me présente, je serre la main avec conviction, je regarde droit dans les yeux, je sourie franchement. Je défends mes points avec assurance, je fonce. J'ai l'orgueil très présent mais je pile souvent dessus pour poursuivre ma route, même si je trouve cela très difficile.

Cette semaine, quand j'ai rencontré ma DG au CÉGEP lors d'une réunion où le département exprimait ses frustrations par rapport aux déroulements actuels (pas la grève mais tout plein d'autres sujets nous concernant), j'ai senti que tous ces points cités précédemment allaient jouer contre moi.

Lors de son arrivée dans la salle, j'étais assise. Lorsque je me suis exprimée, je l'ai regardée droit dans les yeux, j'ai défendu mes points avec assurance, j'ai foncé. J'ai fait preuve de tact mais ce que je lui ai dit ne lui a pas plu et je l'ai vu dans ses yeux. Je l'ai su aussi assez vite quand elle m'a répondu assez abruptement merci.

Lorsque la réunion s'est terminée et que je me suis levée juste avant son passage, j'ai su que rien n'était gagné avec elle. J'ai été élue à la coordination du département pour l'an prochain et j'aurai à la rencontrer souvent et à traiter divers dossiers qui la concernent, de manière directe ou non. Quand elle a levé la tête en passant à mes côtés (elle doit mesurer 5 pieds et 3...), j'ai vu dans son regard l'inscription: "Fais attention ma PETITE fille. Tu ne sais pas à qui tu te frottes". Je n'ai pas eu le temps de lui serrer la main avec conviction en souriant franchement.

Ouch. Vais-je devoir sortir mon argument béton?

"En passant, je suis la filleule de votre collègue, DG du CÉGEP de Chicoutimi..."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...