mardi 29 mai 2012

Les orages

Quand j'avais autour de 16-17 ans, je demeurais dans ma contrée natale, à Québec. Nous restions dans un immeuble de condos à Ste-Foy et par un après-midi particulièrement chaud, je faisais mes devoirs dans ma chambre, face à la fenêtre. Le ciel était blanc. Pas gris ni bleu, vraiment blanc. Je n'avais jamais vraiment vu cette couleur, il était lourd mais en même temps dégagé... Un temps vraiment bizarre.

Alors que j'étais en train soit de disserter un sujet pour mon cours de français ou de réfléchir sur un problème de maths, j'ai aperçu au loin dans le ciel un éclair. Il se rapprochait et prenait la couleur orangée. Je me souviens m'être dit à ce moment: "Tiens, on dirait un météorite..." Quelques secondes plus tard, une boule de feu venait s'écraser sur le pignon de la tour de condos à la droite de celle où j'habitais. Le feu a éclaté dans le temps de le dire directement dans la colonne où se trouvait l'ascenseur et l'immeuble a été détruit. Des dizaines de familles à la rue.

Durant l'incendie, nous avions eu l'ordre d'évacuer tellement la chaleur était intense et menaçait de faire exploser les fenêtres de notre appartement. J'étais retournée chercher notre chat et je me souviens avoir eu les larmes aux yeux en regardant toutes mes choses que je devrais peut-être laisser brûler à contre-coeur. Quoi prendre quand on n'a que 2 bras et quelques secondes? Je m'étais contentée de ma sacoche et mon minou.

(Heureusement), nous avions pu regagner notre domicile la soirée même dès que le danger avait été écarté. J'avais commencé à me faire une boîte de trucs importants dans ma vie; photos, billets, etc... Pour moi, l'ère numérique représente un miracle car comme vous le savez, je suis une photomaniaque et j'adore me replonger de temps en temps dans mes souvenirs. Je mets le tout sur mon disque dur externe maintenant et je n'ai plus qu'à traîner cette petite boîte dans ma sacoche.

Mais depuis, tous les orages ont un goût amer pour moi. Dès que j'entends le tonnerre ou que j'entrevois un éclair, je deviens nerveuse. Cela fait pourtant plus de 15 ans... Mais j'ai toujours l'image de mes voisins dans la rue regardant leurs choses partir en fumée sans pouvoir rien faire d'autre que de verser des larmes. Je suis peut-être matérialiste mais je suis bien dans mes affaires, j'adore ma maison, je suis confortable dans mon lit, dans mon linge, j'aime ma table de cuisine, j'ai passé du temps à tout décorer et préparer comme c'est, et du temps à l'apprécier et à vivre de beaux moments dedans.

Alors quand j'ai un Bou qui arrive avec sa doudou à 4h pour me dire les yeux pleins d'eau qu'il a peur des orages, je ne peux que le prendre dans mes bras et l'inviter à me rejoindre pour qu'on se réconforte mutuellement... ;)

Comment vivez-vous les orages?

3 commentaires:

  1. Moi j'adore les orages. (mais n'ai jamais vécue d'évenement comme toi!) Je me souviens à l'adolescence, il y avait un champs derrière chez nous. Quand il y avait des orages, mon frères sortaient trépied et tout son stock de photo, enlevait la fenetre de la porte et on attendait les éclairs, sans bouger pour pas que la photo soit floue. De beaux souvenirs! :)

    Étrangement je crois me souvenir de cet incendie que tu racontes. J'arrivais tout juste à Québec cette année-là!

    RépondreSupprimer
  2. C'est dommage... triste....je comprends que ça laisse des traces profondes.

    N'ayant aucune mauvaise expérience liée aux orages, je les aime beaucoup. J'ai l''impression d'assister à un concert gratos. Et ça... j'adore!
    Mes 4 monstres sont comme moi. On est excité comme des puces dès qu'on entend "orages"!

    RépondreSupprimer
  3. J'aime les orages dans ma maison. Je les déteste l'été en voilier.

    J'aime quand je suis en sécurité. J'aime avant l'orage, quand ça se prépare et qu'on voit la nature s'exciter.

    Mais cette nuit, j'étais plutôt fâchée parce que ça m'a enlevé une bonne partie de mon sommeil. Heureusement, les enfants dormaient dur, ils n'ont rien vu aller.

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...