samedi 16 juin 2012

Aptitudes

On dit souvent qu'on ne peut savoir comment on réagit à une telle situation avant d'y être confronté.

Le 16 avril 2011, Alex s'est entré une lame d'exacto dans la cuisse. En quelques minutes, il est passé de normal-avec-le-visage-rosé-et-les-yeux-pers à transparent-avec-le-visage-gris-et-les-yeux-virés-à-l'envers.

En plus il était dans le haut des escaliers. Il y avait du sang partout. J'ai validé à cet instant même que mon deuxième travail de sauveteur était encore ancré en moi (le premier étant gardienne d'enfants). J'ai les réflexes assez aiguisés merci, je n'ai pas hésité une seule seconde sur les manoeuvres à faire, le 911 était appelé en-dedans de 3 secondes et quart. À part sauver des écureuils dans une piscine de condos, je n'avais jamais vraiment eu à traiter un cas impliquant une perte de conscience et autant de sang... Bref, j'ai su que j'étais apte à réagir en cas d'urgence.

J'avais déjà "secouru" un itinérant sur Mont-Royal par un automne frisquet où je sortais d'un bar avec ma soeur. Il gisait au sol avec du sang autour de la tête et tout le monde passait à côté de lui sans rien faire... Quelqu'un avait appelé l'ambulance pendant que je m'occupais de le placer en position latérale de sécurité et que je vérifiais ses signes vitaux. Il n'avait fallu que quelques minutes pour que je sois sortie de cette situation puisque les services d'urgence étaient arrivés illico. Je ne comprenais juste pas pourquoi personne ne s'était arrêté avant...

Mais hier j'ai peut-être compris.

J'étais en train de travailler sur mon ordi, Oli était dans sa chambre, Alex se préparait à couper du bois. C'était un hasard que je sois là car ma cliente m'avait annulée à la dernière minute. J'entendis donc la scie partir, puis Alex qui ouvre la porte du garage en disant: "Caroline, câl****..." Il tenait son pouce qui giclait littéralement et titubait jusque vers moi. Encore une fois, j'ai bondi, je n'ai pas hésité une seconde. Sous l'eau, gaze stérile, pression, élévation, repos.

Puis j'ai vu Alex regarder son pouce et, comme au ralenti, tomber dans les pommes en se frappant le front sur le comptoir. Juste le temps de me placer derrière lui et hop! Il était couché sur la céramique, ce qui l'a probablement aidé justement avec la fraîcheur... Un petit 20 secondes dans les vaps, qui m'a paru une éternité. Alex n'est juste pas capable de voir une blessure et de sentir un traitement quelconque sur un gros bobo... Son cerveau disjoncte drette là. Too much for me babe, et vlan! Les lumières s'éteignent. Coeurs sensibles s'abstenir de regarder plus bas...


Je ne comprends toujours pas pourquoi les gens ne s'arrêtaient pas pour secourir l'itinérant sur Mont-Royal. Ils auraient pu appeler l'ambulance, quelque chose... Mais je comprends que sans avoir vécu une situation d'urgence, on n'a aucune idée comment on va réagir, et cela peut faire peur.

Moi, ce qui me fait peur, c'est comment la vie est faite. Si j'avais été chez ma cliente, j'ai une image mentale d'Oli debout à côté d'Alex couché sans connaissance dans la cuisine: "Papou?..." Mais bon, je ne m'attarde pas là-dessus, tout le monde est correct et le pouce est sauvé. Il en reste maintenant 9. ;)

5 commentaires:

  1. Ben non c'est juste une petite scratch...

    RépondreSupprimer
  2. ben la faut lui enlever les objets tranchants!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Heu. J'aurais préféré ne pas voir. Mais bon trop tard, le mal est fait!!!. ;-)
    bravo pour ton sang-froid!!!

    RépondreSupprimer
  4. Étrangement il semblerait que plus il y a de gens présents sur un scène d'accident, moins les gens sont portés à aider. Ils doivent se eentor moins responsable...Je comprends pas trop non plus. Moi aussi j'ai derrière moi des emplois de sauveteur et de patrouilleur en ski. Et j'ai aussi le réflexe aiguisé, une chance car poulette est abonné aux points de suture et à la colle!!!

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...