mercredi 13 juin 2012

Pourquoi faire des enfants

En discutant avec des éducatrices en garderie, j'apprends qu'environ le 7 ou 8e des enfants prendront des vacances du CPE cet été. 1 enfant sur 7 ou 8. Euh... J'en ai-tu manqué un bout?

Des parents qui n'ont pas de vacances, ok. Des situations particulières, ok. Mais entendre que des parents vont prendre deux semaines de vacances en amoureux parce qu'ils en ont eu assez pendant la semaine de relâche... Entendre qu'après 2 jours de fin de semaine, ils n'en peuvent plus... Madame, Monsieur, j'ai une question: Pourquoi faire des enfants?

Je ne suis pas mieux que les autres. Je n'ai aucunement la prétention de me dire que je suis la meilleure mère au monde. Mais une chose est sûre; quand j'ai fait des enfants, je savais que ça allait bouleverser ma vie, que j'allais devoir m'adapter, changer mon mode de vie, et une chose était certaine dans ma tête; mes enfants allaient faire partie de ma vie.

Mathilde et Oli, on les traîne partout et ce, depuis qu'ils sont nés. Oui, souvent, ça demande de la gestion. Gestion de préparation, de transport, de bagages, de temps, de crises, bref, on doit s'organiser! Ce n'est pas inné et on se plante avant de se relever et de retenir les leçons qui vont faire de notre prochaine sortie une épopée (presque) sans anicroche! C'est la vie!

Ça demande aussi de la patience. La patience d'aller au rythme des enfants, de respecter leurs horaires de boires, de couches, de marche, de ci, de ça. La patience de se faire poser mille et une question, d'expliquer cent million de choses plusieurs fois, de répéter les consignes, d'inculquer des valeurs et de comprendre à quel point c'est une rude tâche.

Ça demande de la compréhension. Les routes prennent souvent 3 ou 4 fois plus de temps grâce aux nombreux arrêts-pipi, les tâches les plus anodines pour nous sont si compliquées pour les enfants et on doit se remettre à leur "niveau" pour bien en saisir l'importance... La compréhension des pleurs, des rires, du lâcher-prise, des diverses batailles que l'on choisit ou non de mener, des émotions qui commencent à poindre tranquillement mais sur lesquelles les enfants n'arrivent juste pas à mettre le mot.

Ça demande un travail sur soi. On doit souvent prendre de grands respires, s'excuser, tenir son bout même si on aurait le goût de flancher, lâcher prise même si on aurait le goût de tenir son bout, changer d'idée, expliquer, changer son vocabulaire, développer la subtilité, être sincère en tout temps. Quand on est parent, on n'est plus la même personne. On s'améliore de jour en jour.

Pour tous ces changements, pour tous ces bouleversements, j'étais prête. Je ne savais pas que ça allait tant revirer ma vie (ni comment le futur le fera), mais je savais que je voulais que mes enfants fassent partie de ma vie. Je ne les considère pas comme des bibelots qui ne doivent ni crier, ni courir (quoique des fois, dans certaines situations, c'est un peu gênant mais bon! LOL), je les considère comme des personnes et je suis tellement heureuse quand je leur fais découvrir un nouvel endroit, une nouvelle expérience. Nous faisons tout avec eux! Je trouve la vie fabuleuse et trépidante à leurs côtés! C'est loin d'être une obligation!

C'est beau avoir des enfants... C'est in avoir des enfants. Ça te fait un beau statut quand tu dis que tu as des enfants et que tu as une vie professionnelle hyper chargée, une vie sociale hyper développée. T'es hot. Mais quand on apprend que tes enfants ne sont qu'une parure et qu'ils se retrouvent la majeure partie du temps sans toi et sans te voir jour et soir pendant plusieurs semaines par année, je trouve ça déplorable. Triste. Égoïste.

Tout le contraire d'un vrai parent.

7 commentaires:

  1. Je suis vraiment d'accord avec toi! Nous on a beaucoup voyagé avant d'avoir les enfants, on a fait nos trippes. Quand on a voulu des enfants, c'était pour vivre AVEC eux. Tout le temps.

    On pourrait effectivement jurer que pour certains c'est une parure. ils les sortent de temps en temps, quand ca fait cute(a peu preès comme je sors mes bottes à talons hauts du garde-robe) Une connaissance nous a déjà dit"on s'entend tous pour dire que s'occuper des enfants, c'est un fardeau"!!! Hein!? Quoi! mais alors là tellement pas! Si ce n'est pas toujours une partie de plaisir, c'est quand même loin d'être un fardeau!

    On a eu des enfants parce qu'on avait envie de devenir une famille. On considerait être passé au travers de ce qu'on avait envie de faire avamnt d'être parent. C'est très clair, que les enfants; c'est la priorité. Ce sont eux qui passent en premier. Quand je vois ce genre de personne ca me pompe, je pogne les nerfs interieurement..(exactement l'effet que ton billet m'a fait!)
    Pathétique....

    RépondreSupprimer
  2. Je suis 100% d'accord! J'aime beaucoup te lire, Caro. Tu es brillante et réfléchie et j'aime voir ta famille évoluer et grandir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci MC, je suis contente que tu continues de me lire de fois en fois! :) On se voit pas assez souvent par contre!

      Supprimer
  3. C'est vrai ce que tu dis. Mais il y a aussi le fait que certains parents n'ont pas le choix, ne peuvent pas prendre de vacances...doivent travailler tout l'été etc. Ça, ce n'est pas de leur faute. Mais je sais qu'il y en a aussi qui préfèrent ne pas être avec leurs enfants. Ça, c'est plus triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord Michèle, c'est pour ça que j'ai noté quelques exceptions dans mon 2e paragraphe... ;)

      Supprimer
  4. Je suis sur le C.A. du CPE de mes enfants. On en voit beaucoup passer des comme ça.

    Je trouve ça triste et révoltant.. les enfants ont BESOIN de vacances autant que nous... sinon plus... quelle tristesse pour ces enfants qui ne connaissent pas la farniente et l'ennui des jours de vacances, ou le bonheur des sorties en famille.

    Oui, c'est de la job élever des enfants. Mais pas un fardeau. On dit souvent qu'on va aller se reposer au bureau rendus au lundi matin, tant nos week-ends sont fous. Mais jamais, jamais, il m'est passé par l'idée d'envoyer mes cocos au CPE pendant que l'on se la coule douce en juillet! :-S

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...