mardi 5 juin 2012

Qu'est devenu le Québec?

Ce matin, j'apprends que Guy Turcotte pourrait être libéré.

?

Ce drame survenu en février 2009 où 2 jeunes enfants avaient perdu la vie de manière horrible, m'avait touchée de plein fouet. Olivier, 5 ans et Anne-Sophie, 3 ans, avaient exactement le même âge que les deux miens. J'en parle et le poil me dresse sur les bras.

Je me suis dès lors questionnée à savoir comment on peut vouloir tuer ses enfants. Comment peut-on vouloir poignarder 47 fois de petits corps fragiles et sans défense qui hurlent de douleur de surcroît en disant: "Papaaaaaa..."? Ça ne m'entre pas dans le coco. L'an dernier, quand on a déclaré M. Turcotte non-criminellement responsable de ces meurtres, je me suis encore une fois questionnée. Comment cet homme pouvait-il s'en tirer ainsi? La mère des enfants, qui reste seule et hantée par ces événements, comment fait-elle pour passer à travers ses journées sans se demander continuellement comment la justice québécoise a réglé cette affaire? Je crois qu'elle ne le peut pas mais...

Aujourd'hui, quand je lis l'article sur la Presse qui mentionne que Guy Turcotte devra demeurer à l'institut Philippe-Pinel mais aura droit à des sorties conditionnelles, je me demande ce qu'est devenu le Québec. Tel que décrit textuellement:  (...) la Commission (d'examen des troubles mentaux) signale qu'elle n'est pas non plus d'accord avec les recommandations des experts de l'institut Philippe-Pinel, de détenir M. Turcotte sans possibilité de sorties autrement qu'avec un membre du personnel. La Commission précise qu'elle devait rendre une décision la moins privative de liberté possible pour M. Turcotte, 40ans, tout en tenant compte de la sécurité du public, qu'il faut protéger des personnes dangereuses. (La Presse.ca, Christiane Desjardins, 5 juin 2012)

Une décision la moins privative de liberté possible. Il faut protéger le public des personnes dangereuses. Il me semble que ces deux phrases ne collent pas ensemble dans le cas ici-présent. Le tueur doit rester enfermé pour la protection du public (entre autres), mais il pourra sortir pour lui laisser une liberté. Euh... J'en ai-tu manqué un bout moi là?

Qu'est-ce que le Québec est devenu? D'un pays où il fait bon vivre, où l'harmonie règne (en général), où les droits et libertés sont normalement pris en compte, tout ça malgré les problèmes qui, je sais, demeurent et deviennent souvent oubliés par la collectivité... Donc d'un pays confortable, nous sommes en train de passer à un endroit où les gens peuvent faire à peu près ce qu'ils veulent, puisqu'ils savent qu'ils seront protégés par la justice corrompue. Mais! Il ne doivent surtout pas être masqués, ni marcher en groupes de plus de 50 personnes, ÇA c'est dangereux... Sans oublier qu'ils doivent dire exactement où ils vont pour être sûrs de se faire contrôler le plus possible et garder leurs paroles et gestes *marginaux* pour eux...

Je suis outrée de ces décisions et comportements douteux de la part de nos dirigeants. Cela me fait rager de l'intérieur. Je ne suis pas la plus engagée ni la plus manifesteuse, mais je vis présentement avec ma famille des questionnements, des discussions, des prises de position qui m'éveillent et qui me permettent de me sortir tranquillement du marasme dans lequel je (et nous) suis (sommes) depuis trop longtemps. Tous ces événements malheureux (comme celui de Guy Turcotte) et disgracieux (ces jours-ci, c'est l'association Charest-Desmarais qui me lève le coeur) ont pour effet d'augmenter la colère et l'insatisfaction du peuple et ce qui était une bataille étudiants-gouvernement s'est transformé en une lutte populaire contre l'ignorance, la corruption et l'injustice. Cette période entrera dans l'histoire... J'espère simplement que tous ces efforts seront maintenus jusqu'à temps que l'on change quelque chose et que nous sortions pour de bon de cette impéritie générale qui nous garde dans l'ignorance et joue avec nous comme des pantins.

3 commentaires:

  1. On partage le même état d'esprit....

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi je suis bien d'accord avec vous, je viens tout juste de commenter chez GeSirois.

    Ça laisse perplexe et c'est frustrant, décourageant, incompréhensible.

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi, je suis outrée... et en ce qui concerne la politique, je suis découragée à l'idée que les Libéraux seront sans doute réélus puisqu'il n'y a pas d'opposition qui tienne la route ou assez forte pour rassembler les votes... ils seront dilués entre le PQ, Québec Solidaire, la CAQ et d'autres petits candidats indépendants....

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...