jeudi 13 septembre 2012

Bay

Septembre 1995, j'entre au CÉGEP Ste-Foy en Sciences Pures. Fraîchement sortie du secondaire avec une moyenne hors-pair, je m'apprête à étudier des matières toutes plus intéressantes les unes que les autres; physique, bio, chimie, calcul intégral et différentiel... :-P Disons que le clash fut des plus grands! J'ai coulé la moitié de mes cours d'applomb et du même coup, découvert que je détestais les sciences pures!
 
MAIS! J'ai aussi rencontré Bay. Caro de son prénom, d'où le Bay (et Dey pour moi!), une fille de ma grandeur (et oui, ça se peut!), brune, souriante, enjouée, mon "âme soeur" rencontrée sur le tard. Une fille calme, posée, toujours prête à rire, à aller prendre un verre ou à aller jouer une game de billard, amateure de François Pérusse, studieuse, engagée... Bref une fille exceptionnelle!
 
Nous avons fait 1 an et demie de CÉGEP ensemble et ce fut assez pour qu'elle devienne quelqu'un de très spécial dans ma vie. Confidente, réconfortante, Bay était toujours là pour moi. J'étais rendue dans la région montréalaise et je lui écrivais, je lui parlais régulièrement... Dans ce temps, Internet n'était qu'à ses débuts et j'écrivais encore des lettres à la main sur du papier à lettres... Ce que je devrai bientôt recommencer.
 
Bay est allée passer plusieurs mois dans un monastère en France et a pris la décision d'y retourner pour y devenir moniale dès le mois prochain. Elle n'aura aucun bien avec elle, s'en va seule afin de faire la paix avec elle-même, de prier et de se rapprocher de celui qu'elle aime le plus et qui semble lui rendre au centuple.
 
Pour une chrétienne laïque comme moi, c'est un concept très difficile à entrevoir... Mais je sais qu'elle fait ce qui est le mieux pour elle. Cela me rend triste car je n'aurai pas la chance de la voir avant son départ et je n'ai aucune idée si je la reverrai jamais... Mais je sais qu'elle le fait de plein gré et que cela la rend heureuse. Je ne devrais éprouver que de la joie pour mon amie qui suit son destin et qui a trouvé la voie de son bonheur mais présentement, je ne ressens qu'une grande vague de tristesse qui m'envahit. Pourtant, ce n'est pas la personne de qui je suis le plus proche présentement, on ne se voit pas souvent, mais je me sens terriblement triste. On dirait qu'on vient de me couper une source de joie.
 
Je m'en remettrai... Je recommencerai à écrire à la main... Je penserai souvent à toi, Bay... Pour la vie.

1 commentaire:

  1. Plus jeune, je voulais être Carmélite, mais, comme tu vois, j'ai changé de vocation :) j'étais tombée amoureuse d'un futur prêtre qui lui a continué sur cette voie et j'ai renoncë à ce projet, et j'ai une amie qui était entrée chez les Bénédictines... par hasard, j'ai su 15 ans plus tard par Facebook, qu'elle était sortie, elle sort maintenant avec un homme qu'elle a rencontré pendant qu'elle oeuvrait auprès de l'armée... C'est tout un défi que de renoncer à tout pour être religieuse... je lui souhaite bon courage.

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...