lundi 12 novembre 2012

Mourir de fatigue

J'ai expérimenté la fatigue sous plusieurs formes...

Celle de l'ado qui s'est couchée tard, très tard... et qui doit se lever le lendemain pour faire ses tâches dans la maison.

Celle de la jeune adulte qui a fêté tard, très très tard... et qui doit se rendre au boulot à une heure où le soleil ne pointe même pas encore son nez.

Celle de la jeune adulte qui a dansé tard, très très très tard... et qui prend 3 jours pour se remettre de sa virée multicolore de 12h.

Celle de l'adulte qui vit le stress au travail et qui fait de l'insomnie pour s'endormir 1h avant que le cadran ne sonne.

Celle de la grossesse qui purge chaque parcelle d'énergie dans l'organisme et qui nous fait somnoler à 9h07 du matin alors qu'on vient de dormir de 19h56 à 7h02 sans arrêt.

Celle de la nouvelle maman qui allaite... Ais-je besoin d'ajouter autre chose? ;)

Celle de la maman qui entend son enfant tousser dans la nuit et qui se lève pour donner du sirop, ramasser un dégât ou attraper elle aussi la gastro.

J'ai appris avec les années que malgré tout, on ne peut pas mourir de fatigue. Et surtout, que les formes de manque de sommeil vont se poursuivre encore et encore... car un jour ce sont mes enfants qui seront les ados qui se sont couchés trop tard et qui m'auront fait faire de l'insomnie.

6 commentaires:

  1. et quel genre de fatigue vis-tu ces jours-ci? Un peu débordée, ma chère? On ne meurt pas de fatigue mais notre corps dois puiser son énergie quelque part et en abuser, ben ça l'affaiblit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si seulement c'était le débordement, la cause! Je saurais exactement comment le gérer! Mais non! Je dois vivre avec!

      Supprimer
  2. Tu te fais mystérieuse... après la course, la fatigue.

    Pour ma part, on vit avec certaines fatigues mais il t en a d'autres, reliées à des problèmes de santé, qui m'ont mise foutrement KO

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...