mardi 26 février 2013

Partir vs rester

Ce weekend, j'étais seule avec mon Bou. Un super beau moment que nous avons pris ensemble pour nous coller, jouer, parler ensemble. De base, Olivier est un enfant facile à entertainer, il s'amuse beaucoup tout seul bien qu'il adore quand on s'assoit au sol pour faire rouler ses autos avec lui ou faire un casse-tête! Je me suis d'ailleurs acheté une chaise au sol pour pouvoir rester plus longtemps assise, ce qui me causait vraiment des maux de dos incroyables.

Nous sommes allés à la piscine municipale pour barbotter, nous avons mangé devant Les Transformers, nous sommes allés à Montréal en lumière avec Sara... Bref de belles activités ensemble, un peu comme j'avais fait avec Mathilde quand Alex était parti avec lui lors de son weekend de gars. 

À l'exception que Mathilde m'a demandé à toutes les heures pendant 3 jours quand son père allait revenir.

Tellement, que le dimanche, j'ai dû lui expliquer, après maintes conversations sur le fait qu'il avait le droit de partir et de faire sa vie (!), comment je me sentais. Pour bien vous le faire saisir: durant 2 jours et demie, je me suis fait demander: "Papou il revient quand? Je m'ennuie, j'ai hâte qu'il revienne, je l'aime et j'ai vraiment hâte de le voir" à toutes les heures. Je n'exagère pas, c'était vraiment à toutes les heures. Et ce, peu importe l'activité que nous faisions (car nous en avons faites une et une autre, croyez-moi!). Au début, je comprenais. Je me suis assise avec elle et je lui ai expliqué. Mais après 2 jours et demie d'explications, je n'en pouvais plus! Je lui ai dit: "Imagine comment tu te sentirais si toute la fin de semaine, je t'avais demandé: "Quand est-ce qu'Olivier revient? Je m'ennuie, j'ai hâte qu'il revienne, je l'aime et j'ai vraiment hâte de le voir"? Elle a écarquillé les yeux avant de me dire: "Je penserais que tu trouves ça vraiment plate avec moi..." J'ai vu qu'elle avait compris mon message. Ce n'est qu'une enfant, soit. Mais il y a un boutte à toute!

Olivier a versé quelques larmes jeudi soir quand Papou n'a pas pu lui donner son bisou et son câlin à l'heure du dodo. Puis, samedi, il m'a dit qu'il s'inquiétait de lui. Dans son vocabulaire, il voulait dire qu'il s'ennuyait. Et je comprends encore une fois. Mais ce fut tout, une fois que je lui ai expliqué la situation.

Chacun vit les situations différemment et probablement que si c'était moi qui partait, ça serait aussi différent. Mon eurêka s'est fait ce weekend, quand j'ai allumé sur le fait que peu importe ce que le parent qui reste fera avec les enfants à la maison, ceux-ci auront beaucoup plus tendance à s'ennuyer que ceux qui partent en "périple" avec l'autre parent. Bravo Mamou, ça t'aura pris du temps à comprendre... ;)

Quand je suis partie en 2010 avec Mathilde en Gaspésie pendant 10 jours, elle m'a bien sûr fait quelques crises d'ennui (cette enfant est complètement en amour avec son père, que voulez-vous...), mais après 2-3 jours, c'était terminé! Quand je suis partie en 2011 avec Olivier au Lac St-Jean, il n'a eu aucune réaction de ce genre. L'an dernier (et cette année), je n'ai pas pu partir pour des causes circonstancielles (grève étudiante en 2012, grossesse en 2013!). Mais je compte bien recommencer mes semaines de vacances avec les oux en individuel dès l'an prochain. Je trouve que cela renforce le lien qui, justement lors de petits weekends à la maison, ne parvient pas tout à fait à bien se travailler à cause du contexte. Qui sait, peut-être que ce sera 2014 2 semaines en France avec Mathilde... ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...