lundi 12 août 2013

Les lundis qui font du bien - Une heure de plus par jour

"Une heure de plus par jour"

Quand j'étais jeune, je voulais tout vivre, tout voir, tout faire. Mon gros stress, c'était de tomber malade ou d'avoir un accident la veille d'un événement attendu; spectacle, prestation de musique, voyage, fête... J'ai si souvent espéré une heure de plus lors d'un de ces événements, pendant une période d'études intense ou pour compléter un travail telle la perfectionniste que je suis.

Lorsque j'ai eu les enfants, j'aurais aimé allonger mes journées d'une heure pour parvenir à faire tout ce que je devais et voulais faire; lavage, ménage, entretien et projets de toute sorte. À l'arrivée de Mathilde, je peux dire que je n'ai pas profité de mon congé de maternité; j'étais non seulement en post-partum solide, j'étais stressée par le fait que c'était mon premier bébé et que j'étais isolée.  J'ai rêvé d'ajouter une heure à mes journées quand j'ai recommencé à travailler et que Mathilde n'avait pas encore un an... pour la voir et passer du temps avec elle.

À l'arrivée d'Olivier, j'étais beaucoup moins stressée puisque j'étais en terrain plus connu avec un deuxième et que côté emploi et salaire, c' était bien plus stable. Je peux dire que j'en ai profité pas mal plus! Pour une fois dans ma vie, j'ai apprécié le temps tel quel et je n'ai pas souhaité ajouter une heure à mes journées, jusqu'à ce que je recommence à travailler et qu'on ait des problèmes de garderie.  À ce moment, j'aurais voulu enlever une heure chaque jour, pour arriver plus vite à la garderie et sortir mon Bou de ce milieu familial où j'étais contrainte de l'envoyer.

Cette fois-ci durant le congé de maternité, le temps prend une toute autre signification; pour une maniaque des horaires et de la routine de semaine comme moi, le fait de ne pas toujours savoir et pouvoir décider ce que je fais quand je le veux est assez déstabilisant. Une nuit, je dors 5h30 en ligne, l'autre 3h. Un jour, ma Tchi boit aux 4h, le lendemain elle est réveillée en permanence et demande le sein aux 2h. Dur, dur sur la routine, surtout après presque 5 ans d'habitude ancrée!

Par contre, cela a aussi du positif; je n'ai pas le choix de m'arrêter complètement quand j'allaite ma Rafie. Je dois prendre un 30-45 minutes de pause et bien que pour l'instant je regarde beaucoup la télé, parfois je m'installe juste avec de la musique et je relaxe. Maintenant que l'allaitement est bien établi et qu'il n'est plus douloureux, je peux prendre le temps de regarder bébé qui boit, de fermer un peu les yeux... Mon moment favori est l'allaitement dans le lit; je m'endors même parfois! Hihi

Je sais que la prochaine année sera probablement la dernière avant longtemps sans que je ne veule ajouter ou supprimer une heure de mes journées. Je profiterai de chaque moment; aller porter les enfants à l'autobus le matin, aller rejoindre ma gang de Cardio-Poupon pour jaser et bouger, attendre mon Bou tout souriant à l'arrivée de l'autobus à 14h30 pour passer une heure juste avec lui, faire tranquillement les devoirs avec Mathilde, cuisiner sans rusher, faire les mille et un projets que j'ai en tête (et qui resteront probablement tous là puisque je ferai autre chose, haha)... Je compte bien profiter de chaque heure... sans vouloir changer le format de 24h!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...