mardi 24 septembre 2013

10K du Marathon de Montréal

L'an dernier, j'avais tellement été transportée par le 5K du Marathon de Montréal, que quelques jours plus tard, je m'étais inscrite avec Alex au 10K. C'était avant de savoir que j'allais tomber enceinte et que je ne pourrais courir que 5 semaines avant ledit événement... Ma grossesse me causant des problèmes de bassin importants, ma doc m'avait formellement interdit de courir dès le début. Ce n'est donc qu'à la fin juillet que j'ai recommencé à jogguer, très tranquillement, pour espérer compléter mon 10K du 22 septembre.

Sans avoir suivi de programme particulier puisque mon seul but était de parcourir la distance et non de faire un temps (je m'étais inscrite pour 1h10 alors, mais je ne pouvais espérer faire ce temps car mon bassin me faisait trop mal depuis l'accouchement), je me suis donc dirigée aucunement confiante avec Alex vers le Parc Laurier. Vraiment, aucunement confiante! Nous avions essayé un 10K le dimanche d'avant et j'avais pleuré le dernier kilomètre tellement j'avais mal... Bref, aucunement confiante. Mais j'avais mon dossard et je me devais de le faire.

Nous étions dans le corral 6, ce qui nous a laissé le temps de passer aux toilettes avant le départ. Il faisait très frisquet et nuageux, avec des gouttelettes qui tombaient ici et là... Le départ fut donné vers 8h53 et nous nous sommes lancés... en même temps que la pluie! Mais en plein effort, cela ne faisait que nous rafraîchir. C'était correct!


Les 4 premiers kilomètres ont filé à la vitesse grand V. Je courais presque 1 minute de moins du kilomètre que mon pace habituel. Sur Pie-IX, entre le 4e et le 5e km, Can't fight this feeling de Junior Caldera a embarqué dans mes oreilles, j'ai filé! Alex se demandait même ce qui se passait avec moi! J'étais en feu! À partir du 6e km, j'ai commencé à avoir des douleurs assez importantes au bassin (lors de ma grossesse, j'ai fait une séparation pelvienne (moins importante qu'à Olivier, mais quand même!)), j'ai donc décidé de marcher les 200 premiers mètres de chaque kilomètre. Ensuite, je reprenais un rythme de jogging. J'ai fait cela pour les kms 6, 7 et 8. Le fameux 8.

Petit interlude sur la dureté du mental; le 8e km sur une distance totale de 10 est le plus difficile. Il est celui où on commence à avoir mal partout, où on en peut plus, où on se demande vraiment pourquoi on court, on sait que ce n'est pas terminé... C'est là où on doit faire preuve de persévérance et je dois avouer qu'avoir un Alexandre à ses côtés pour nous motiver est plus qu'apprécié! ;) Fin de l'interlude.


À 9km, la douleur était insoutenable! Les larmes se sont mises à couler, de manière incontrôlable. Je courais vite car je savais que la fin approchait... Je n'ai pas marché les 200m du début, je voulais juste finir! En tournant le coin sur Rachel, la foule de monde m'attendait (!), ainsi que le photographe... Je ne mettrai pas la photo en question, mais imaginez moi rouge comme une tomate, en pleurs, boitant  légèrement mais courant quand même, à bouttttttte! Ça donne vraiment un beau cliché... mais plein d'émotion!

L'émotion ressentie? La fierté. La fierté de compléter ce 10K après 2 mois et demie de vie pour Rafaëlle. La fierté de réussir après seulement 5 semaines d'entraînement. La fierté d'avoir couru parmi une foule malgré la douleur. La fierté d'avoir simplement accompli quelque chose d'autre que changer une couche (!). Tout ça, mélangé à un épuisement hors du commun. J'ai hurlé à Alex: "J'suis pus capable!". Il m'a encouragée et j'ai continué mais j'ai dû lui dire 3 ou 4 fois en 500m.

J'ai finalement complété ma course en 1h08:12 selon le chrono de ma puce (mon Runtastic n'a pas calculé la bonne distance!), soit presque 2 minutes de moins que mon temps prédit. Je suis contente! Je n'en reviens pas! J'ai fondu (encore plus!) en larmes dans les bras d'Alex... que d'émotions!


8 commentaires:

  1. WOW!!! Félicitations ma chère, tu as de quoi être très fière!
    Lâche pas, tu es une belle source d'inspiration :)

    RépondreSupprimer
  2. Bravo! Cest super tes chroniques DH! Bravo à vous!!!

    RépondreSupprimer
  3. Excellent ! tu peux etre fiere c'est genial !

    RépondreSupprimer
  4. Chapeau pour cette réussite! J'admire ta détermination si peu de temps après ton accouchement!

    RépondreSupprimer
  5. Vous êtes beaux à voir!

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...