mercredi 13 novembre 2013

Joies

Je laisse tomber mon nombril de la semaine aujourd'hui pour exorciser un peu la journée qui se termine. Une journée peu être classique pour certains, mais très mouvementée pour moi.

Tout a commencé hier soir en fait, quand je me suis mise au lit complètement congelée malgré la présence de ma couverture chauffante mise au maximum depuis une quinzaine de minutes... D'ailleurs, merci à mes beaux-parents de m'avoir donné ce cadeau, c'est la chose qui me sert le plus dans la vie! Je l'ai cousue sur mon couvre-matelas pour qu'elle ne bouge pas et du début novembre à la fin avril, elle fonctionne presque à tous les jours... quelle magnifique invention! Bref! J'étais gelée par en-dedans, que voulez-vous! Il aurait fallu me retourner la peau à l'envers pour qu'elle se réchauffe... J'ai cherché ma chaleur toute la nuit. Quand Rafie s'est mise à m'appeler à 4h52, j'avais l'impression de ne pas avoir fermé l'oeil.

Elle, par contre, elle l'avait fermé, l'oeil! Son oeil droit était tout crouté, elle ne pouvait l'ouvrir tellement il y avait des sécrétions... pauvre pinotte. En nous levant avec les enfants vers 6h30, je me suis aperçue qu'elle commençait probablement une conjonctivite. Joie.

Tout le monde était de bonne humeur, les départs se sont bien passés; Alex vers l'Abitibi, les oux vers l'autobus. On se préparait car Rafie et moi on allait déjeuner avec Julie à Laval! Yé!

Et là, l'école qui m'appelle pendant que je décolle une partie de mon fil dentaire en croquant dans un bout de pain. Olivier a des plaques rouges boursouflées sur tout le visage et je dois aller voir. En me lacérant la langue avec le bout de mon fil dentaire, je réponds que j'y serai sous peu... puis je sens une odeur suspecte; Rafie venait de me faire LE tas du siècle (genre je préfère donner un bain plutôt que de vider la boîte de lingettes). Joie.

Une couche,  un bain et 10ml de Bénadryl plus tard (Olivier allait bien malgré les plaques!), me voilà en route vers Laval avec 2 tables de nuit aux tiroirs qui ouvrent et qui ferment à chaque virage. Comme je ne vais pas à Laval souvent, j'ai trouvé une acheteuse sur Kijiji! Le moment fort de ma journée: mon déj avec Julie. Merci, même s'il n'était que 9h46 et que le reste de ma journée allait être incroyable... mais je ne le savais pas encore!

Après avoir attendu 30 minutes dans mon auto la fameuse acheteuse des tables de nuit, avoir négocié le prix sur lequel on s'était entendues au départ (Argh!), avoir moi-même entré lesdites tables dans son auto ("Wow, t'es forte!", quel commentaire pertinent quand j'ai le vent à -25 qui m'envoie les cheveux dans le visage et que je force comme une damnée pendant que tu as les 2 mains sur les hanches!) et avoir saigné de la langue tellement mon fil dentaire était pointu, je suis enfin revenue au bercail. Pour quelques minutes, le temps de cueillir Olivier qui arrivait en bus, tout joyeux. Et de repartir vers le dentiste, pour me faire réparer ledit fil, et me faire annoncer par la même occasion qu'il était fini et que l'option la moins dispendieuse était de me faire faire une coquille à porter la nuit, un beau 300$ puisé dans mon budget limité de congé de maternité. MAIS! Au moins je n'allais plus saigner de la langue. Jamais. Joie.

Un petit tour à la pharmacie avec les 3 oux, pour chercher un conseil auprès de mon pharmacien préféré... qui est absent. Son jeune remplaçant me dit d'appliquer une crème hydratante sur les joues d'Olivier, que ça devrait passer. Ok... Je repars de là avec de l'Aveeno et les mains de Mathilde sont pleines de savon-crème-produit-louche car elle n'a pu s'empêcher de toucher à tous les échantillons et en a renversé. Bra-vo.

On calme les troupes avec du McDo, que voulez-vous, je n'étais nullement en état de faire un souper. Mathilde me pète une coche pendant ses devoirs, Rafaëlle a des hauts-le-coeur alors que je tente de lui donner des céréales et Olivier crie dans la toilette qu'il a des plaques partout sur le corps. Après un appel à Info-Santé où on me conseille d'aller voir un pharmacien pour qu'il me guide en voyant l'état d'Olivier, on repart vers la pharmacie les 4 ensemble car je me rends compte que mon pot de Benadryl neuf (comme dans encore scellé) est passé date! Joie.

La pharmacienne-Barbie me dit avec son air condescendant de prendre du Benadryl et de suivre la posologie. Hey merci de ton aide! Dans les annonces à la télé, t'es supposée être un peu plus attentionnée ma belle! :-< Bref, on repart à la maison, je couche mon Bou avec moi pour observer si son état est stable durant la nuit (et surtout sa respiration...). Tout le monde au lit, et me voici en train de tenter de me relaxer un brin avant d'affronter la nuit qui, selon mes pronostics, sera houleuse. Joie.

Espérons qu'elle ne sera pas à l'image du périple de Mylène Paquette!

11 commentaires:

  1. Ouf! Je suis essoufflée juste à te lire! En plus tu gère tout ça seule! Lâches pas et je te souhaite une bonne nuit, en fait, la meilleure possible compte tenu des circonstances...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste un mauvais timing! La nuit a été moyenne... moins pire qu'imaginée!

      Supprimer
    2. Marie-Claude Bastien14 novembre 2013 à 08:53

      Pour t'encourager, regarde la belle photo de ta famille qui orne l'entête de ton blog, tout le monde est souriant et en forme!

      Supprimer
  2. Je vais en Abitibi 4 à 6 jours par année. Désolé pour le timing, mais je n'y peux pas grand chose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais chéri! Ça a juste mal tombé!!

      Supprimer
  3. Oh my! Lâches pas bouette!

    RépondreSupprimer
  4. Ayoye! Dis-toi que demain, ça ne pourra pas être pire!

    RépondreSupprimer
  5. Moi je dirais, dis-toi que tu aurais pu te ramasser à attendre à l'urgence avec les 3 pendant 6 heures!(ça c'est le côté positif.) pis quand on se dit que ça peut pas être pire...ben généralement ce n'est pas le cas...
    Bonne chance pour la suite!

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...