mercredi 14 mai 2014

C'est la fin

C'est dimanche dernier, sous les chauds rayons du soleil en cette belle fête des mères, que s'est terminé mon troisième et dernier congé de maternité. Hé oui! Déjà! Je n'en reviens pas moi-même!

Bilan de cette année: repos

Pour la première fois, je me suis accordée le temps et le droit de me reposer, comme je l'avais souhaité. J'ai fait des siestes. J'ai flâné. J'ai regardé la télé à outrance. J'ai blogué et j'ai perdu un nombre incalculable d'heures sur Internet. Et j'ai été heureuse.

J'ai marché, couru, poussé la poussette, parlé, déjeuné, dîné, socialisé... J'ai fait fi des jugements et j'ai passé une année comme je le voulais. J'ai fait du bénévolat, passé du temps en famille, remercié la vie.

Je me suis assise dans le salon avec Rafie et je l'ai observée. Je l'ai vu sourire, bailler, rouler, rire, pleurer, commencer à ramper... Je l'ai allaitée plus longtemps que ce que j'avais souhaité initialement et ce, de manière tout à fait naturelle et facile. 

Je l'ai collée, bécottée, j'ai dormi avec elle.. Je l'ai amenée en randonnée, en voiture, en écharpe, en porte-bébé, en raquettes, en poussette, en bras... Je l'ai couvée, je l'ai soignée, je l'ai protégée.

Pour la première (et la dernière, ironiquement) fois, je me suis permis de vivre au rythme de mon bébé. J'ai refusé des clients. Je les ai fait venir chez moi plutôt que de bousculer l'horaire de la petite. J'ai mis mon pied à terre et à mon grand étonnement, tout le monde a accepté mes conditions. J'ai décidé de vivre pour elle, pour nous. J'ai choisi de passer cette année sous le signe de la paix et du calme. Ce que j'ai fait.

Tellement, qu'aujourd'hui, je ne vois plus la vie de la même manière. Je suis une maman-pieuvre qui vit très bien avec ça. Je prépare un voyage avec ma grande, ce qui me permettra peut-être d'améliorer notre relation très houleuse, je tente de déléguer de plus en plus, je reçois et j'accepte les câlins et les mots doux à toute heure du jour ou de la nuit (!), et le plus important, j'essaie de rester heureuse. Pas que je ne l'étais pas avant, mais j'en ai vraiment pris conscience cette année et je veux maximiser cet état. En choisissant d'aller passer les prochaines Fêtes tranquillos dans un chalet reclus pour avoir la paix, en acceptant d'être une introvertie sociale, en éliminant les sources de négativité dans notre vie qui nous demande déjà assez d'énergie.

C'est donc la fin de ce congé. Mais je sens que c'est le début de mes prochaines années de bien-être, de nos prochaines années de bien-être.

5 commentaires:

  1. Wow!
    Inspirant!!!

    Laetitia

    RépondreSupprimer
  2. Merveilleux! Quel beau cadeau à se faire que de s'écouter!

    RépondreSupprimer
  3. Quelle belle expérience ... c'est un très joli témoignage ! Bonne reprise alors ...

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...