lundi 25 août 2014

10K de Lachine

Dimanche dernier se tenait le Demi-marathon de Lachine, incluant les épreuves de 1km, 2km, 5km, 10km et bien sûr le 21.1km. J'avais depuis longtemps décidé de participer au 10km avec Alexandre, qui avait proposé de m'accompagner en faisant mon "lapin" puisqu'il court plus vite que moi!

Malheureusement pour moi, Rafaëlle a toussé une partie de la nuit précédente, me causant de l'insomnie et j'ai commencé mes règles la veille. De plus, il faisait vraiment chaud et j'avais oublié mes écouteurs pour ma musique... Je ne me sentais pas au top de ma forme au départ, mettons!

Les 6 premiers kilomètres se sont bien déroulés, je ne ressentais aucune douleur, aucune fatigue. Le parcours était vraiment beau; le soleil plombait sur le Lac St-Louis, une petite brise nous aidait à braver le temps chaud. Je réussissais à garder une vitesse constante et autour de mon objectif, soit 6 min/km (j'avais réussi à courir 10km en 1h01 à l'entraînement en juin).

Comme je manquais un peu de jus, j'ai décidé de prendre ma barre de fruits. À partir de là, j'ai commencé à avoir de la misère. On dirait que le fait que j'aie à mâcher m'a coupé le souffle, je n'arrivais pas à me remettre dans un beat confortable. Une petite gorgée d'eau plus tard, je sentais un point de côté qui s'en venait lentement... Nous avons à ce même moment passé devant mes parents et les enfants, ce qui m'a donné un petit boost! Mais pas assez... Mes jambes sont devenues lourdes, je n'arrivais plus à focusser. Il m'aurait fallu ma toune d'énergie, celle que je me mets dans les oreilles quand je sens que le mental commence à flancher... :(

J'ai terminé ma course en 1:04:32, ce qui est très décevant pour moi, malgré le fait que j'ai amélioré mon temps officiel de 3 minutes 40 secondes. Mes parents étaient super fiers de moi, c'était la première fois qu'ils me voyaient courir, ils me félicitaient d'avoir complété ma course mais je vivais une grosse déception personnelle. Les coureurs sauront de quoi je parle... c'est plus fort que soi. On sait que l'on peut faire quelque chose mais on ne réussit juste pas à le faire à cause de toutes sortes de facteurs intrinsèques et extrinsèques.

J'ai tout de même une belle médaille à ajouter à ma petite collection, un beau chandail à porter lors de mes futurs entraînements et un objectif à atteindre dans 11 semaines lors de ma participation au 10km des microbrasseries au Mont St-Grégoire. Un autre point positif est que je n'ai ressenti aucune douleur, ni au bassin, ni au nerf sciatique, contrairement à mon dernier 10K officiel en 2013. J'ai aussi dans la tête un mari qui m'a encouragée tout le long du trajet en respectant mon rythme et qui m'a consolée à l'arrivée, et un petit garçon de 6 ans qui m'a fait un gros câlin à mon arrivée et qui était très fier de sa maman (il me l'a dit; "Je suis fier de toi, Mamou!"). :)

4 commentaires:

  1. Bravo bravo Caro!! On a effectivement nos bonnes et nos moins bonnes journées; et on est déçus lorsque les mauvaises entrainent des performances qui sont en dessous de nos attentes... mais on est fiers pareil! Chaque course, qu'elle soit bonne ou mauvaise, fait de nous un meilleur coureur!! :)

    RépondreSupprimer
  2. Quand la vie donne des citrons...on fait de la limonade. Et c'est ce que tu as fait. C'était tout ce que tu pouvais faire avec ce que tu avais. Et c'était très bien en passant. Moi je serais super fière de moi.

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi je suis fière de toi bouette :-D

    RépondreSupprimer
  4. Magnifique expérience de vie Caro H. Drolet ! Continues de poursuivre tes rêves et tu les rattraperas j'en suis certain !!! :)

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...