jeudi 18 septembre 2014

Cure de désintox

J'ai été placée en retrait préventif presque 7 mois avant l'arrivée de Rafaëlle et à cause de sa date de naissance, j'ai profité d'un congé de maternité de 14 mois. J'ai donc passé beaucoup de temps à la maison. Après avoir passé à travers ma to-do list (ou du moins à travers les choses qui me tentaient!), après avoir écouté quelques séries télévisées, après avoir préparé la chambre et placé tous les petits vêtements, après avoir lu, je suis finalement tombée sur les zinternets.

Qu'est ce que j'y ai fait? J'ai bloggué, j'ai surfé. J'ai lu toutes sortes d'affaires utiles et inutiles, pertinentes et innocentes. Puis j'ai commencé à suivre la vie de mes "amis" sur Facebook. Pourquoi les guillemets? Je vous explique.

Facebook a eu du bon dans ma vie; retrouver des amis perdus de vue, voir des photos de mes neveux et nièces même s'ils sont loin, avoir l'impression de vivre au quotidien auprès de ma soeur qui est sur un autre continent, garder le contact avec des gens que l'on a pas l'occasion de voir souvent et dont on s'ennuie, se faire de nouveaux amis... Mais Facebook m'a aussi fait vivre des jours plus sombres, où je déprimais en regardant la vie trépidante de d'autres personnes alors que je me morfondais, où j'ai reçu des messages haineux par mes pages de blogue ou de compagnie, où je ne m'étais jamais sentie aussi seule. J'ai donc réduit mon "auditoire" à 100 personnes, que je garde serré fréquemment ; j'accepte une nouvelle personne, y en a une qui sort. Les guillemets sont donc là pour identifier les 100 personnes de qui je reçois des nouvelles et qui prennent des miennes par le biais de Facebook. Qu'on se le tienne pour dit, ce n'est pas parce que je ne suis pas amie avec vous sur Facebook que vous ne m'intéressez pas! J'ai seulement choisi de restreindre mon compte. Je vous aime pareil! (D'ailleurs, les DH ont une page! Allez donc l'aimer! :-P)

Bref! J'ai glandé en masse sur Facebook. J'ai perdu des heures incalculables à regarder les profils, à répondre aux statuts... J'avais l'impression d'être tout proche et avec tout le monde.

Quand j'ai recommencé à travailler en août, il y a eu une journée où je ne suis pas allée sur Facebook. Le soir venu, je me sentais comme s'il me manquait quelque chose. Comme si j'avais manqué un événement important. Je ne me sentais pas bien. Le lendemain, durant mon heure de lunch, je me suis presque pitchée sur mon ordi. J'avais tellement manqué de trucs que mon fil de nouvelles était interminable. J'ai dû me rendre à l'évidence; manquer 24h de fil, ça prend vraiment trop de temps à remonter. J'ai abandonné, tristounette de n'avoir pas tout su, tout suivi.

Le lendemain, j'étais comme dans un état de panique; ça faisait 2 jours que je n'arrivais pas à suivre le fil! J'exagère à peine. J'ai vraiment ressenti ce vide et je me suis sentie mal durant quelques jours. J'allais travailler, j'avais mille et un trucs à faire au boulot et à la maison, je voulais passer le maximum de temps avec ma tribu... Du jour au lendemain j'ai cessé presque complètement d'aller sur Facebook, bien à contrecoeur et surtout malgré moi!

Après 3 semaines de cure, où je suis allée peut-être 6 ou 7 fois durant 10 ou 15 minutes, je constate à quel point j'ai pu perdre du temps là-dessus! Je continue de penser que c'est un outil formidable et je prends plaisir à y aller. Cependant, ce qui était visiblement devenu une dépendance est maintenant rendu un petit moment de détente de fin se soirée ou de matinée avec café. J'ai maintenant le goût de vivre ma réalité.

Et vous, quelle est votre relation avec Facebook?

4 commentaires:

  1. Je te comprends! Mais je crois comme toi qu'avec modération, Facebook a du bon!

    RépondreSupprimer
  2. Je te comprends tellement. Moi ce fut plus twitter que Fb par contre mais j'Ai vraiment pris une pause cet été. Assez pour remettre le blogue en question et réorienter certaines choses(ma réflexion n'est pas encore terminée d'ailleurs). Comme toi, je veux être ancrée dans la "vraie vie" mais sans penser que cela n'a que du mauvais. À dose contrôlée disons.

    RépondreSupprimer
  3. Disons que ça aide a se désennuyer en congé de maternité et nous donne une impression d'avoir une vie sociale alors qu'elle se limite en réalité aux quelques sorties et heureusement dans mon cas le cardio poupons!

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...