mardi 16 septembre 2014

Gentil, gentil

Quand j'ai quitté mon emploi pour mon congé de maternité il y a 2 ans, j'étais vraiment à boutte comme on dit! Je n'avais plus aucune patience, je répondais bête à mes étudiants, mes collègues me tombaient royalement sur les nerfs et ça, c'est sans parler de tous les dossiers de coordination que j'aurais brûlés drette là. Bref, j'en avais juste marre. J'étais super fatiguée, je ne voyais pas le jour où ça allait s'améliorer. Sérieusement, je crois que je devais être sur le bord de l'épuisement professionnel car je n'avais même plus le goût d'aller au boulot. :-S

Ça m'aura pris plus d'un an pour avoir le goût de revenir enseigner. Un an pour ne pas venir au travail à reculons. Un an pour avoir envie de côtoyer mes comparses. Un an pour retrouver la patience de répéter des trucs que ça fait 12 fois que j'explique à mes étudiants.

En fait, ce laps de temps tombe avec des lectures que j'ai faites sur le fait de répéter sans cesse des consignes aux enfants. Je lisais que les enfants savent exactement le nombre de fois que leur mère va répéter, que leur prof va répéter, avant d'agir. Ce qui fait qu'ils savent que je vais le dire 4 fois avant d'intervenir, donc ils peuvent jouer encore pendant ce temps car ils sont safe. Ça m'a tellement mise en rogne! J'ai compris que je me faisais niaiser royalement, par moi-même de surcroît!

J'ai donc décidé que c'en était assez; je dis la consigne, j'accompagne vers ladite tâche et si elle n'est toujours pas faite, il y a une conséquence logique. À date, Olivier répond parfaitement à cette nouvelle méthode et Mathilde semble comprendre le principe aussi.

Tout ça pour en revenir à mes étudiants à qui je dois expliquer encore et encore. On dirait que le fait d'avoir plus de patience à la maison car je répète moins me l'a transférée au travail. Je prends le temps car j'ai réalisé que ce ne sont encore que des infants (!) et que plusieurs viennent directement du secondaire, où on les tenait par la main. C'est donc un sourire étampé dans le visage que j'ai répété 6 fois aujourd'hui un calcul de fréquence cardiaque. Quand j'ai vu la lumière au bout de la prunelle des yeux, j'ai su que je venais de gagner des points auprès de ces étudiantes perdues. Et une étudiante gagnée par son prof vaut de l'or en classe; travaux et présence active seront probablement des miens plus aisément dans les prochaines semaines.

Merci les enfants, vous m'avez aidée et m'avez rendue une meilleure mère et une meilleure prof.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...