vendredi 20 mars 2015

Journée mondiale du bonheur

"Le succès, c'est d'avoir ce que tu veux. Le bonheur, c'est de vouloir ce que tu as."
-  W.P. Kinsella


À la lumière de cette citation que je trouve particulièrement claire et précise, je peux dire que je vis la plupart du temps mon bonheur!

J'ai un mari présent, compréhensif, attentionné, blagueur, patient, qui embarque dans mes fous projets. C'est aussi un père impliqué, qui joue avec les enfants, avec qui nous sommes en majorité sur la même longueur d'onde en ce qui concerne l'éducation des oux, qui prend le temps de prendre le temps. Nous ne nous entendons pas toujours sur tout (tant mieux, ça serait plate!) mais nous communiquons et nous faisons chacun notre bout pour continuer notre route ensemble.

J'ai une grande fille qui a des défis mais qui garde la bonne humeur, qui joue avec ses frère et soeur, qui est serviable à ses heures, qui me permet une plus grande liberté puisqu'elle est indépendante. Une belle préado qui pète des scores à l'école, qui me rend fière avec ses efforts en natation, qui m'apprend la patience en long et en large...

J'ai un grand garçon colleux qui est persévérant, patient, résilient. Un petit homme très blagueur qui, malgré qu'il ne peut rester assis plus de 2 minutes, prend le temps de me dire que mes cheveux sont beaux, que je sens bon... un romantique dans l'âme qui adore se défouler au karaté!

J'ai une petite poulette souriante qui vieillit à la vitesse de l'éclair! Rieuse, charmeuse et affectueuse à souhaits, elle me fait m'asseoir par terre pour jouer aux Ba-Bi (!), me tire le bras pour que je lui lise un livre, elle me fait décrocher et me fait prendre des pauses juste avec elle. Elle me sort de ma zone de confort!

J'ai des amis incroyables! Une poignée de personnes sur qui je peux compter, qui sont là en temps de peine ou de joie, pour partager des moments parfois fous, parfois graves. Des oreilles attentives, des bras chaleureux, des encouragements, des sourires, des câlins, du partage, de vrais amis.

J'ai un travail que j'aime! Des étudiants parfois motivés, d'autres fois qui me font l'effet d'un boulet. Des collègues parfois compatissants et sweets, parfois arrogants et déstabilisants, Des clients qui cherchent parfois le dépassement ultime, d'autres fois que je dois confronter. Dans tous les cas, ces gens que j'ai la chance de côtoyer me permettent d'avancer, de me remettre en question, de chercher des solutions et des réponses, d'être une meilleure personne.

J'ai une maison où je suis confortable; pas trop grande, pas trop petite, pas parfaite mais on l'améliore tranquillement. Chacun y a son espace, on peut tous s'y retrouver à l'intérieur comme à l'extérieur pour y partager des moments de joie ou de peine, avec la famille ou les amis. On y vit aussi notre quotidien qui, souvent, est agrémenté de cris, de pleurs, de rires, de chicanes, d'accolades, de réconciliations, de conséquences, de menaces, de musique... C'est ma vie de famille et j'y suis bien.

J'ai un peu de moyens, mais pas tant que ça. Ça ne m'empêche pas de profiter de certaines occasions de voyager, de sortir en famille ou entre amis, même si ça implique que nous allons nous serrer un peu plus la ceinture par la suite. Quand je veux quelque chose, j'économise pour me l'acheter et je transmets cette valeur à ma progéniture du mieux que je peux. Je me sens souvent stressée par l'argent mais n'en fais pas un drame.

Enfin, j'ai mon corps. avec qui j'ai une relation amour-haine. Il me permet de courir, de marcher, de ramer, de nager, de danser avec une certaine facilité. Mais je perds un peu de mon bonheur à détester ses courbes et ses marques que la maternité m'a laissées. Je sais, je sais. "C'est beau, la marque qu'un enfant laisse à sa mère, c'est la preuve que tu as porté la vie en toi, que tu as donné le meilleur de toi à cet enfant." Mais entre vous et moi, quelle femme n'est pas complexée par ses vergetures et ses petites ou grosses chairs molles qui sont soudainement apparues suite aux grossesses? Bref, le débat n'est pas ouvert, je suis fière de moi en général mais je préférerais avoir un ventre plat comme jadis!

Et vous, croyez-vous au bonheur?

1 commentaire:

  1. Ben oui ma belle filleule je crois au bonheur , je le vis la plupart du temps et je m'en accommode facilement. J'en ai eu des épreuves difficiles dans la vie ...tu le sais mais à chaque fois je me disais deux choses.....ces épreuves me font avancer pour me rendre meilleure ( je dois être rendue pas mal bonne) oubedon j'ai dû être vraiment bitch dans une vie antérieure pour vivre ça maintenant lol.....Dans les deux cas,n'y pouvant rien je choisissais d'aller de l'avant malgré la peine ou la douleur pour retrouver le plus vite possible le bonheur. Rendue au point actuel dans ma vie, je ne sais pas si c'est un privilège ou le bonheur ou un heureux mélange des deux mais je vis un beau bout, je vis au bord de l'eau avec les oiseaux, je m'occupe de mes loisirs ,de moi et de ceux que j'aime. jJe suis bien entourée même si j'aimerais que ma famille soit près de moi alors oui je crois au bonheur...et à chaque jour je l'apprécie car malgré les combats, les larmes et tout les reste....ça valait le coup pour devenir meilleure et entourée de bonheur!

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...