mardi 19 mai 2015

L'enfant qui m'aura fait prendre mon temps

Ça en aura pris 3.

La première, c'est cliché mais j'étais tellement stressée par tout ce que je faisais (d'ailleurs je le suis encore, puisque c'est elle qui tape la trail!) que je n'ai pas apprécié le temps. Tout allait si vite... Hop! Elle parlait. Hop! Elle marchait. Hop! Elle est rendue à 9 ans et demie. Elle est une enfant-vitesse aussi; tout doit se passer rapidement, elle n'a pas de temps à perdre! Tellement qu'elle botche souvent... Est-ce ma faute? À force de lui avoir répété "Vite, habille-toi! Vite, on va être en retard!", peut-être ais-je inconsciemment entretenu ce comportement qu'aujourd'hui je lui reproche...

Le second, de nature il est plus off-tempo. Ici on est passé de manger une assiette complète en 3 minutes et quart à grignoter une pomme pendant 45 minutes. On a découvert que lire une histoire pouvait dire passer la 3e page parce que l'enfant est tanné. On a aussi connu les consignes répétées des dizaines de fois avant qu'il bouge parce qu'il n'avait pas fini de bien placer ses blocs Légo dans son armoire... ce qui lui vaut souvent des réprimandes à l'école car il n'agit qu'à son rythme. Déjà, le beat avait ralenti...

Et voilà que la 3e veut tout faire toute seule, de manger à s'habiller. Dès le départ, je prenais le temps d'allaiter et de savourer chaque moment, sachant que c'était la dernière. Je ne m'étais jamais assise à regarder mon enfant découvrir un jouet auparavant; m'asseoir et juste observer, sans interagir, juste regarder et trouver ça beau, sans être une G.O. C'est la première fois qu'à l'heure du départ (que je planifie maintenant une dizaine de minutes plus tôt pour justement ne pas me rusher), je ne bouscule pas mon enfant pour qu'elle mette ses bottes de pluie en disant: "Allez là, je dois partir si je ne veux pas être en retard!" Je sais qu'elle va vouloir le faire tout seule, je la regarde et je sais aussi qu'une minute plus tard, elle va me regarder avec ses grands yeux de chat botté et me dire: "T'aider Mamou!" pour que je lui mette.

Est-ce l'expérience qui entre ou un lâcher-prise volontaire ou involontaire? Est-ce simplement ma manière de mieux apprécier chaque moment qui passe? Aucune idée. Je dis encore malgré moi le classique: "Dépêche-toi, tu vas manquer ton autobus!" ou l'éternel: "Voyons, qu'est-ce tu fais donc? C'est donc bien long!" mais moins souvent. En espérant que je finisse par ne plus le dire du tout...

Avez-vous pris autant de temps que moi avant de décrocher?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...