mercredi 19 août 2015

Il faut que...

Depuis que je suis revenue de vacances, je n'ai plus le goût de suivre mon programme de course. On dirait que le fait d'avoir pesé sur pause pendant 2 semaines complètes a fait en sorte que j'ai réfléchi longuement sur la question... Pourquoi je cours?

Quand j'ai écrit ce billet suite à mon demi-marathon en avril dernier, je pensais réellement tout ce que j'y disais. Mais souvent, mettre en pratique quotidiennement des pensées est plus difficile qu'il n'y paraît. Il faut que...

- ... Je coure pour perdre du poids...
- ... Je coure en suivant mon programme en vue de mon prochain demi le 20 septembre...
- ... Je coure plus vite car l'an passé je faisais au moins 5 minutes de moins sur un 5k...
- ... Je continue de courir malgré ma fasciite plantaire pour habituer mon corps à ce mouvement...

En plus de tous les Il faut que de la vie de maman, de femme, de coordonnatrice, d'enseignante, de kinésiologue, d'entrepreneure...

En vacances, j'ai couru une fois avec Alex par plaisir. J'ai ensuite fait beaucoup de randonnée, du kayak, des activités spontanées et variées qui ont fait du bien à mon moral, à mon corps par ricochet. Depuis mon retour, j'ai bien essayé de reprendre le programme, sans succès. L'idée d'abandonner le demi m'a maintes fois traversé l'esprit... Ce qui m'a en même temps étonnée car je ne suis vraiment pas du style à laisser tomber, je persévère et même dans les difficultés, je rends au bout les projets que j'entreprends.

Bref, suite à une conversation avec une amie aujourd'hui, je me suis rendue compte que depuis mon retour de Tadoussac, j'ai nagé, fait du vélo et couru... Parce que j'en avais envie. Parce que je me détendais. Parce qu'il faisait beau et que ce n'était pas une obligation. Parce que je voulais être active. Parce que je me sentais bien.

J'ai donc téléphoné au Marathon de Montréal cet après-midi et j'ai demandé de changer mon demi pour un 10k, distance avec laquelle je suis beaucoup plus confortable et qui sera agréable malgré le challenge que l'allure de course peut apporter. J'ai raccroché et j'ai soupiré. De soulagement, de joie. J'ai réalisé que je ne m'étais pas écoutée et que cette course était devenue un fardeau. Que bien que j'aie déjà complété un demi-marathon, je ne souhaitais pas, pour le moment du moins, en refaire un autre. Pourquoi m'être inscrite? Dans l'engouement, la fébrilité d'un après-course passé... Une "oupsite" qui aurait pu dégénérer sans cette prise de conscience.

Le point le plus positif de toute cette réflexion est que je crois bien avoir compris une chose; mon corps me parle et je dois l'écouter. Tant au dessin antistress qu'à l'exercice, qu'à la fatigue qu'à la bouffe. Inconsciemment, je stressais pour le 20 septembre. Ri-di-cu-le quand on le voit de l'extérieur... Insoutenable quand on le vit de l'intérieur.

6 commentaires:

  1. Bon Moove, il faut suivre sa petite voix!

    RépondreSupprimer
  2. Bravo!!! Quelle belle réflexion. On s'oublige à faire tant de chose mais dans le fond, à qui cela rapporte? Nous n'avons qu'une vie à vivre...pourquoi ne pas se faire plaisir et faire des choses qu'on aime?

    Aujourd'hui je suis arrivée avec mon vélo à Kamouraska. Je suis partie pour une ride du tonnerre mais il s'est avéré que cela a été pas mal plus difficile que je le pensais. Je n'avais pas de jambes et je n'avançais pas. J'ai pourtant persévéré...puis arrivée dans une côte, j'ai tombé en montant. Je me suis dit: pourquoi cet entêtement à continuer? Tu as pleins de signes qui te disent d'arrêter. Et c'est ce que j'ai fait. Je suis retournée au gite, j'ai pris une bonne douche puis j'ai admiré le coucher du soleil sous ma doudou.
    Voilà ce qui m'a réellement fait du bien!!

    RépondreSupprimer
  3. Bonne idée ma chouette, tu n'as pas à tout accomplir à la course LOL. Tu avais aussi couru avec Mathilde pendant les vacances.....tu fais bien d'écouter ton corps......

    RépondreSupprimer
  4. Go go go Caro ! C'est un beau mode de vie .. Bon pour ta santé .. Pense à ça !!!

    RépondreSupprimer
  5. Michelle Battante20 août 2015 à 08:13

    Belle reflexion! Oui... se demander le pourquoi amène des réponses souvent étonnantes... ça expliquent souvent le pourquoi de la baisse ou de la hausse de notre motivation... merci pour ce partage... ça porte à réfléchir...

    RépondreSupprimer
  6. Pourquoi ça nous arrive tous inconciemment de se sentir obligé?? J'adore ta réflexion

    RépondreSupprimer

Nous aimons vous lire! Dites-nous ce qui vous vient à l'esprit...